Jaïn. Alright

Jaïn choisit de prendre ce pseudo  en référence à une phrase du jaïnisme, religion proche de l’hindouisme : « Ne sois pas désolé de perdre et ne sois pas fier si tu gagnes »

Jain est née le 7 février 1992 à Toulouse.

Elle a des origines malgaches par son grand-père maternel. Elle parcourt le monde pour suivre les impératifs professionnels de son père, employé d’une compagnie pétrolière. À neuf ans, Jain part avec sa famille à Dubaï où son père est muté. C’est là qu’elle commence les percussions arabes. À l’âge de douze ans, elle se trouve au Congo-Brazzaville où elle découvre la batterie synthétique et trouve certaines de ses influences et son goût pour les mélodies dansantes. Au cours de ses diverses expériences dans les pays qu’elle fréquente, elle découvre des musiques différentes qui sont à l’origine du métissage de ses propres compositions. Elle apprend les percussions arabes au Moyen-Orient et la batterie en Occident (en France, à Pau). Elle passe son baccalauréat à Abu Dhabi. À dix-huit ans, elle se rend à Paris pour intégrer une école préparatoire en art.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s