Essaims militaires

L’armée américaine s’exerce à larguer des essaims de drones depuis des chasseurs.

cover-r4x3w1000-5874cd63edb6e-Capture d’écran 2017-01-10 à 13.00.32.png

Les drones prennent une place de plus en plus importante au sein des forces armées. Rapides et bon marché, ces machines permettent en effet d’effectuer des missions de reconnaissance sur le terrain, de localiser les forces ennemies, ou de coordonner plus efficacement les mouvements des troupes sur les théâtres d’opération.

 

Mais ces machines ont l’inconvénient d’être facilement repérables par l’ennemi de par le vrombissement de leurs moteurs, et peuvent donc être facilement neutralisées . La parade consiste à n’employer non pas un seul, mais tout un essaim de centaines de machines volantes pour accomplir de telles missions de reconnaissance à haut risque. C’est ce à quoi travaille l’armée américaine, relate le département de la défense du pays, dans un communiqué.

Y est raconté un test qui s’est déroulé en octobre 2016 en Californie. Trois avions de chasse de type F/A-18 Super Hornets ont largué plus d’une centaine (103 précisément) mini drones de type Perdrix. De petits engins (290 grammes) pourvus de deux ailes et d’une unique hélice motrice, capables de voler une vingtaine de minutes.

w453-79542-Capture d’écran 2017-01-10 à 13.03.50.png

Ces machines ne sont pas conduites par un leader. L’intelligence est distribuée sur l’ensemble de l’essaim, les machines se contentant de gérer des informations de position et de distance avec les autres membres de l’essaim. Ainsi, le groupe demeure opérationnel quelque soit le nombre de drones qui le composent. Un opérateur se contente alors de désigner la zone à survoler et les machines adaptent automatiquement leur plan de vol pour s’y rendre sans se percuter. Comme on peut le voir dans la vidéo de démonstration ci-dessous, les drones peuvent également adopter une formation leur permettant de tourner au dessus d’un point.

https://www.dvidshub.net/video/embed/504622

 

***

 

 

Cette idée d’essaim largué par avion était déja à la base des Bat bombs (bombes à chauves-souris) qui fut une arme expérimentale de la Seconde Guerre mondiale basée sur des essaims de chauves souris.

Les bombes étaient constituées d’un réservoir contenant de nombreux compartiments. Chacun d’eux contenait une chauve-souris de genre tadaride (Molosse du Brésil) équipée d’une petite bombe incendiaire reliée à un système de déclenchement à retardement.

220px-10.jpg

Conçu à l’origine par un dentiste de Pennsylvanie nommé S. Adams.
En vacances en 1941 dans le sud-ouest, dans les célèbres grottes de Carlsbad, Adams avait été particulièrement impressionné par les chauves-souris.

Un mois après Pearl Harbor, il envoya son projet à la maison blanche, «Pensez à des milliers d’incendies éclatant simultanément sur un cercle de quarante miles de diamètre pour chaque bombe lâchée».

(Mr Adams fît la connaissance de Mme Roosevelt lors d’un voyage en avion. Le projet sera approuvé par le président  après de nombreuses recherches.)

M. Adams avait observé que les infrastructures Japonaises sont particulièrement sensibles aux engins incendiaires, la plupart des bâtiments étant faits de papier, bambou et autres matériaux hautement inflammables.

Le plan était de larguer les « bombes chauves-souris » sur les villes japonaises.

L’inventeur du Napalm, Louis Fiester fut mis à contribution et créa une charge explosive pouvant être porté par les chauves souris.

b35602a091afa5309f6d098dc22c7be9.jpg

Largué à l’aube depuis un bombardier, le conteneur devait déployer un parachute à mi-chute, puis s’ouvrir pour libérer les chauves-souris.
Les chauves-souris se propageraient partout dans un rayon de 40 miles et à la l’aube, elles iraient se cacher dans les toitures des bâtiments de la ville. C’est à ce moment que les bombes exploseraient.

Chaque “bombe” casier devait contenir 26 plateaux, pourvu chacun de 40 compartiments à chauve-souris. Une mission de ce type aurait mobilisé 10 bombardiers B-24, larguant 100 casiers chacun, déployant 1.040.000 chauves-souris sur la zone cible.

800px-10.jpg

 Un incident se produisit à la base aérienne de Carlsbad (Nouveau Mexique), où des chauves-souris armées furent relâchées par accident et déclenchèrent un incendie (en allant se réfugier sous un réservoir de carburant).

Suite à l’incident le projet fût transmit en Août 1943 par l’Air Force à la Navy, qui renommera le projet « X-Ray » et donnera le projet aux Marines en Décembre 1943.

batbom10.jpg

1 : Mr Adams
2 : Largage d’une « bombe casier » (sous son parachute)
3 : Incident de Carlsbad

Après plusieurs expériences et les ajustements opérationnels, le test définitif a été effectuée sur le  » Japanese Village « une maquette d’une ville japonaise construite par le Service de guerre chimique à Dugway Proving Grounds, site d’essai dans l’Utah .
Les rapports étaient optimistes, mais au bout de 30 essais et 2 millions de dollars dépensés, le projet a été annulé, au profit de la bombe atomique.

source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s